Boucles de la Juine 2016 : 11 kilomètres de défi !

2 10 2016
20161002_arrivee_runnosphere_coworkgreen_boucles_juine

Runnosphère et Team Coworkgreen à l’arrivée des Boucles de la Juine

Elle est enfin arrivée, la course pour laquelle nous nous sommes entraînés tout l’été au sein de Coworkgreen !

Les Boucles de la Juine, c’est traditionnellement une course de 15 kilomètres empruntant les communes vallonnées de Saclas, Guillerval, Méréville et Saint-Cyr la Rivière. Cette année en 2016, l’association OMS Boucles de la Juine change le format, avec un semi-marathon (seulement le deuxième semi-marathon de toute l’Essonne !) et un parcours de 11 kilomètres.

Pour deux d’entre nous, c’était leur première course officielle. Bravo à mes collègues et amis fort courageux de se lancer d’emblée sur ce format, pas vraiment court et plutôt pentu (mon GPS m’annonce 200 mètres de dénivelé, mais je crois qu’il exagère). D’autant plus téméraires que lors de nos entraînements, nous n’avions pas dépassé les 5 kilomètres à 8 kilomètres / heure !

C’est toujours un plaisir inégalable mais chaque fois renouvelé de s’élancer sur une course en groupe. On s’accroche les dossards les uns les autres, on s’échauffe ensemble, on piétine sur la ligne de départ… Rue Gabriel Péri, le départ est donné à 9h30 pour la course de 11 kilomètres. Une famille de canards se dandine à nos côtés, indifférents à ces drôles d’êtres humains aux t-shirts de toutes les couleurs.

Bien sûr, je n’ai pas mes chaussures de route, oubliées dans notre espace de travail partagé : je suis donc chaussée de mes chaussures de trail, les toujours vaillantes Columbia (ne cherchez pas, elles n’existent plus tellement elles sont vieilles !)

Bien sûr, j’ai également oublié mes sous-tifs de course dans les vestiaires de Coworkgreen, je prends donc le départ avec une vieille brassière d’allaitement hors d’âge, on a la classe à Saclas ou on ne l’a pas. (A l’heure où j’écris ce billet, aucune séquelle a déplorer !)

Mais tout ça, les canards s’en fichent !

20161002_canards_boucles_juine

A 9h30, donc, c’est parti ! Nous connaissons bien la première partie du parcours, que nous empruntions dans nos séances matinales. Direction Bossenval et la belle vallée de la Juine !

« Il y a un enfant qui nous regarde »

C’est là que Marie prononce une phrase qui restera dans nos mémoires et alimentera certainement nos futures blagues. Elle me regarde avec un air étrange et me dit « Il y a un enfant qui nous regarde… » Il s’agissait tout bonnement d’un gamin du dimanche en pyjama, tirant le rideau de sa chambre et regardant passer les coureurs. Mais elle l’a dit d’une telle façon que nous nous sommes crues l’espace de quelques secondes dans un film de Polanski.

Sur la route de Bossenval, j’aperçois dans un jardin une autre petite tête bouclée et je crie « Salut Chris ! » Il s’agit du petit garçon qui est gardé avec mon fils de 2 ans chez une nounou du village. La mère étonnée lève la tête et je crie à nouveau « Je suis la maman de Baptiste ! »

Les points de côté sont là, nous cherchons notre souffle en admirant la beauté de la nature qui nous entoure, encaissée, près de l’eau. A 2 ou 3 kilomètres, je me demande encore comment mes amis vont gérer la course, alors même que nous allons plus vite que lors de nos entraînements.

Je les laisse partir devant pour toquer à la porte rapidement chez mes amis de Boigny, les surprendre en tenue matinale du Dimanche et leur faire une bise toute suante. Merci Running Newbie !

La Beauce, sa faune, sa flore et ses quad

Puis c’est la côte de Boigny (on souffre, on ralentit, mais on ne lâche rien !) et enfin le moment tant attendu : le ravito du 5ème kilomètre.

Ravito_Boucles_Juine.jpg

Les sympathiques bénévoles du ravito à Croix de Boigny, et Yann-Eric en pleine restauration

Un grand merci aux bénévoles qui attendent tous les coureurs dans le froid, disposent les verres et les remplissent, préparent les assiettes de chocolat, de pain d’épices, coupent les quartiers d’orange, organisent la collecte des déchets.

Un grand non-merci à ces deux coureurs du semi-marathon, dont le parcours nous rejoignait à cet endroit et qui ont râlé parce que nous restions un peu trop longtemps devant le stand, les obligeant à dévier d’un poil de fesse et leur faisant perdre de précieuses secondes (on ne les a pas vu sur le podium, c’est certainement à cause de nous). Pardon, on est des Newbies et on aime le chocolat ! 🙂

Courir à la campagne, c’est profiter d’un paysage sans pareil, traverser de charmants villages, mais également subir les pots d’échappement des quads, et franchement avec les poumons bien ouverts ce n’est pas un plaisir.

quad_boucles_juine

Comment dire ? Les quads c’est juste pas possible !

Nous abordons la deuxième partie de notre parcours avec enthousiasme, échangeant quelques mots avec les coureurs, recevant les encouragements de ceux qui nous dépassent (les semi-marathoniens), blaguons, papotons autant que notre souffle le permet. Nous ne sommes pas engagés dans une « compétition », nous voulons simplement aller au bout, le mieux possible.

Arrivés à Guillerval, horreur, malheur ! Une nouvelle côte ! On serre les dents, on se serre les coudes et on y va.

guillerval_boucles_juine

Ceci N’EST PAS la voiture balais ! (Marie, Yann-Eric de Coworkgreen et Lili du club d’atlhé Val d’Orge, meilleure que nous malgré sa catégorie Vétéran 3)

Les deux derniers kilomètres se font dans l’allégresse la plus totale, « On l’a fait, on va y arriver, et on n’a pas été trop lentement en plus ! » On attrape Yann-Eric qui a un coup de mou sur la fin et nous franchissons la ligne d’arrivée la main dans la main.

Nicolas arrive peu après, fier et heureux de son semi-marathon de reprise en moins de deux heures. Puis nous recroisons Philippe et Béatrice de la Runnosphère. Promis, nous viendrons faire les foulées du lavoir en Limousin, en 2017 !

Merci à toute l’organisation et aux bénévoles des Boucles de la Juine !

Merci à Patrick Dorizon, Jean Livet, Sylviane Dorizon, membres du bureau de l’association OMS Boucles de la Juine, quelle belle initiative ! Retrouvez leur interview sur le blog de Radio Sensations.

Merci aux bénévoles, comme Rose-Marie aux inscriptions et au vestiaire, sans qui ces événements ne pourraient avoir lieu.

benevoles_boucles_juine

Merci Rose-Marie, merci les bénévoles !

Quelques photos de la remise des coupes :

20161002_officiels_boucles_juine

Monsieur Yves Gauchet le Maire de Saclas au micro, avec les organisateurs ainsi que Monsieur Guy Crosnier, Président délégué au Conseil départemental en charge de la ruralité et du monde agricole. Peu m’importent leurs appartenances politiques, ce sont des hommes de terrain qui soutiennent la vie des villages et pour cela : merci !

20161002_podium_hommes_boucles_juine

Le podium masculin du Semi : Abdeslam Kenouche (1h16’25 »), Laurent Martinou (1h16’58 »), Yannick Courjal (1h17’02 »)

 

20161002_podim_femmes_boucles_juine

Le podium féminin du Semi, après que Baptiste soit allé faire rouler sa petite voiture sur les marches de la victoire. Cristina Faria (1h27’38 »), Virginie Meslin (1h31’42 »), Julia Alfonso Flores (1h31’43 »)

20161002_kenouche_abdeslam_boucles_juine

Abdeslam Kenouche a offert ses deux coupes à Nina et Baptiste 🙂 Merci !

Prochaine étape pour la Team Coworkgreen : la corrida de Méréville en décembre (je ne sais pas encore si elle aura lieu mais on y croit) !

Publicités




L’été de la redécouverte

1 10 2016
noostromo-running_newbie_beauce

Noostromo et Running Newbie, 26 août 2016

Cet été 2016 fut celui de mon salut. Après cinq merveilleuses années à porter des enfants, les mettre au monde et les nourrir, mon corps a retrouvé une place qui lui est propre. Encore une fois c’est la course à pied qui est revenue me montrer le chemin vers moi-même. Comme en 2010, où je me suis mise à courir pour ne pas sombrer dans les limbes de l’abattement, partir à travers champs et bois m’a permis de faire la synthèse des expériences vécues au cours de ces dernières années, de plonger au plus profond de mes désirs et de les transformer. Ce ne fut pas sans lutte. J’ai failli perdre la piste, oublier ma raison et mon équilibre, au bord de la chute. Courir m’a permis de faire le point, de partager la joie de vivre et d’aimer, sur toutes les nuances de l’amour du monde. Avec l’automne le calme est revenu.

Demain je m’élancerai sur les routes de mon futur village, Saclas, pour les 11 kilomètres des Boucles de la Juine avec mes amis et collègues de l’espace de coworking que j’ai créé cette année. Avant cette étape décisive, je voulais reprendre quelques extraits de mes séances publiées sur Facebook, pour ne pas qu’elles passent à la trappe de l’oubli numérique.

Running Newbie is alive 🙂

le_sillo_boigny

Le Sillo, café-concert à Boigny, 21 août 2016

21 août 2016 – Où l’on découvre que deux filles qui courent, ça cause sérieusement

 » De quoi parlent deux filles qui courent ?
– J’ai rencontré des paléontologues dans un comité de rédaction et bien que spécialistes des inscriptions murales ils les analysent uniquement du point de vue de l’histoire symbolique.
– Ouais, ils en sont restés au structuralisme, en fait.

Bon OK, on a aussi parlé d’autres choses !
Prochaine sortie ensemble : les 25 bosses à Fontainebleau dimanche prochain 🙂

Distance : 13 km, dont les 3 derniers pieds nus ; récolte : 6 grosses patates et 3 tomates. »

running_newbie_barefoot

21 août 2016, dans le plus simple appareil (ou presque)

 

 

23 août 2016 – Où la chaleur me monte à la tête

« Ce soir, 7 kilomètres dans le cagnard (32 degrés à 19h), je ne sais si c’est l’effet de la solitude ou de la chaleur, mais l’oracle m’a parlé telle une prédiction de Rob Brezny.
J’avais l’impression que certaines pensées me tiraient vers l’arrière tandis que d’autres, portées par les amours et les muses, me donnaient des ailes. Je ne suis pas du soir, j’ai beaucoup marché. Average pace : 8’30 au kilomètre. Mais qu’importe l’allure quand on a l’ivresse. L’avantage quand on marche au travers de ces champs moissonnés, c’est qu’on peut chanter à tue-tête sans déranger personne, se taper un sprint complètement débile ou sautiller en pas d’été avec les violons dans la tête. « Delaisse-toi des poids du passé, cours en rythme et n’oublie pas de demander de l’aide quand tu en as besoin. » Arrivée hors d’haleine à l’AMAP de Méréville sous les halles, j’ai demandé à Noostromo de me récupérer en voiture sur le chemin du retour.
Running Newbie a 6 ans aujourd’hui. »

monnerville_running_newbie

L’heure dorée de Monnerville

26 août 2016 – Où je commence à retrouver le chemin qui mène à l’équilibre

 » « There’s a place » chante Lennon en 1963 dans l’album « Please please me ». Un endroit où l’on peut se rendre quand on est déprimé, quand on a le blues ou bien quand est traversé d’émotions contradictoires. Cet endroit je l’appelle « ma maison », et j’y vais à chaque course, à chaque randonnée. Ce n’est pas un lieu, c’est un état mental où le corps retrouve une place consciente de véhicule temporel, pour une âme éternelle qui se fondra à nouveau dans l’énergie du monde lorsque le coeur s’arrêtera. Dans cette maison je peux contempler mes sentiments sans les craindre, même si je ne sais pas toujours quoi en faire. Je les laisse passer comme des nuages et parfois apparaît un arc en ciel.

11 km avec mon amoureux vers la source de la marette. Note pour plus tard : trouver une toute petite guitare pour la rando à vélo. »

25_bosses_running_newbie

Francesca et Clara sur le circuit des 25 bosses, 28 août 2016

28 août 2016 – Entre l’amour et l’amitié

« Quel bonheur ! Rando-course sur le circuit des 25 bosses à Fontainebleau, avec Francesca et Nicolas. Je ne connais pas de plus grand plaisir d’amitié que celui de partager un tel effort dans une si belle nature. Rien ne l’égale, à part peut-être le plaisir de chanter et danser en bal ou en concert. Quoiqu’il en soit, il est toujours question du corps et c’est mon plus beau sujet d’inspiration. Un corps mis à rude épreuve sur ce parcours mais de belles retrouvailles avec des sensations adolescentes, lorsque j’escaladais les falaises au bord de la Vienne avec mon tonton Peewee.
J’ai retrouvé ce moment exact où la pierre, tellement touchée et agrippée, devient une partie de nos mains et de nos pieds. On n’est plus sur la pierre mais dedans. Quelques secondes où le cerveau va plus loin qu’il ne va d’ordinaire.

16 kilomètres, 800 D+ (c’est « roulane »!), 1,5 litre d’eau bue, 1 abricot, 1 pêche, 1/2 pâte de fruit, 5 heures petites pauses comprises. »

mereville_cressonnieres

Les cressonnières de Méréville, souvenir d’une sortie avec Yann-Eric et Agnès

11 septembre 2016 – Où j’évacue le fil collant des rêves

« 4 kilomètres. Poursuivre le dialogue intérieur initié par les cauchemars de la sieste, démêler les cheveux emprisonnant la bouche, les dents qui tombent, les cigarettes qu’on écrase. La musique plein les oreilles pour accompagner cette petite demi-heure de bouffée d’air. Le ciel est lourd, les champs labourés sentent le parapoux, la menace est imminente. Non pas celle d’un accident ou d’un coup d’éclat, mais de celles qui retournent l’âme sans bruit et la laissent à jamais changée. Invisible transformation qu’il faudra à nouveau transformer, perte totale de contrôle en approche. »

ye_running_newbie_n

15 juillet 2016, premier tour du camping avec Nina et Yann-Eric

15 septembre – Où je cours retrouver mon jardin secret

« Enfiler ses habits de course après une belle journée pleine de discussions, c’est quitter sa peau sociale, liante et ses projections mentales pour retrouver la partie la plus brute de soi. Je reste encore une mère le temps d’un tour de camping avec Nina puis je m’élance sur les chemins pour rejoindre mon rythme, mon souffle, mon jardin secret. Celui sans lequel je ne pourrais pas me relier aux autres avec tant de bonheur. »

running_newbie_base-de-loisirs

23 septembre avec Marie à la base de loisir d’Etampes. Interdiction de courir sur les passerelles !

23 septembre – Où l’amitié remporte la victoire

« 6 kilomètres avec Marie à la base de loisirs d’Etampes. Du fun, de la nature et un pont de singe dans les arbres ! Vive la Juine, vive le sport, vive l’amitié !! »