Une Veillée, deux canaux, trois sous un toit

14 10 2011

.

« Au bois de Vincennes y’a des petites fleurs,
Y’a des petites fleurs,
Y’a des copains au bois de mon coeur,
Au bois de mon cœur. »

Il n’y avait pas tant de fleurs que ça, au bois de Vincennes jeudi dernier, lors de la deuxième Veillée du Bois de la saison. En tout cas, ma frontale d’automne ne les a pas captées dans son halo. Mais des copains, à foison. Lire le reste de cette entrée »





Veillée du Bois chez Team Outdoor: un retour gagnant!

11 03 2011

Hier soir, pour la première fois depuis le 25 novembre, je suis retournée courir à la Veillée du Bois: une soirée de rencontres, de sortie nocturne à la frontale dans le Bois de Vincennes et de test de matériel organisée par l’équipe du magasin Team Outdoor. Je m’y étais rendue sans courir au mois de janvier. Encore sur le chemin de la reprise et sachant que même le groupe « lent » était un peu rapide pour moi, je n’avais pas voulu tenter le démon des tendons. J’avais juste donné un coup de main et mangé la galette avec les copains. Mais à présent que la moindre de mes sorties approche ou dépasse les 10 bornes, y compris lorsque je me lance sur du fractionné, à présent que je me sens moins sujette au moindre bobo, je peux reprendre sans risque ces cavalcades.

Lire le reste de cette entrée »





Veillée du Bois Team Outdoor: fiat lux !

29 11 2010

Oh comme j’étais bien entourée à cette dernière Veillée du Bois de l’année 2010 ! Figurez-vous un peu, de gauche à droite: Greg, de Mon premier marathon ; Fabrice, de RunOnline ; Djailla ; Noostromo… Sans oublier Agnès, de Team Outdoor, derrière l’appareil photo et aux manettes de ces exceptionnelles soirées au Bois de Vincennes. Agnès, mais aussi comme elle le rappelle, David, Laurent, Antoine, Tchitchi, Michou, Thierry, Fred et son père… une aventure collective en somme!

J’ai pourtant bien failli ne pas arriver à temps au départ, mais comme j’étais déjà en habits de running, j’ai pu emboîter le pas au groupe « lent ». Non sans avoir été coiffée au passage de la lampe personnelle d’Agnès, une Petzl Ultra du meilleur tonneau: 350 lumens (et presque autant d’euros), un faisceau large (très large!) de longue portée, une ergonomie surprenante pour un tel mastodonte. C’est bien simple, je ne la sentirai presque pas sur ma tête durant toute la sortie, bien calée sur mon bandeau, et ce malgré un accumulateur porté derrière le crâne.

Mes compagnons du groupe « 6’30 au kilo » ne me laissent pas l’oublier, ne manquant pas de me rappeler que j’ai là un précieux digne d’un diadème, d’une couronne, d’une tiare papale! Et le meneur me fait passer devant en plein bois sombre, pour que je me rende compte du phénomène. Tous les autres coureurs éteignent leur lampe, seule l’Ultra darde ses petites Leds, je tourne la molette à fond. Sensation extraordinaire: comme si le jour s’était invité dans la nuit. On voit loin, on voit sur les côtés, et en mode maximal il n’est pas question de tourner la tête vers les copains pour discuter, sous peine de leur éclater les yeux. Le seul souci de ce mode d’éclairage sur une tête de newbie, c’est que je me mets à regarder le découpage des branches d’arbre, que je me laisse happer par l’étrangeté des formes nocturnes… oubliant que le principal est le relief du sol sous mes pieds. C’est là que je me prends une bonne flaque de boue, bien franchement, mettant les Cascadia de Brooks testées ce soir à rude épreuve.

Elles ont l’air belles et propres, les Cascadia sur ces photos… Elles seront dans un état pendable à la fin de la sortie. Car on s’amuse: tour du lac, forêt, chemins et route, petites buttes, boue (et flaques de boue…), bords de rivière. Test de la flaque: 10/10, la chaussure sèche en moins de deux, ce qui est plutôt agréable. Super stabilité sur chemins, largement moins satisfaisante sur route (en même temps, c’est pas fait pour…) J’ai dû prendre un peu trop grand en termes de pointure (pour une fois!) et je sens que mon pied n’est pas assez maintenu sur l’avant. Au bout de trois quart d’heure, bingo: je sens une ampoule qui se forme sur l’intérieur du pied gauche.

C’était ma première sortie « costaude » depuis ma reprise. Bien qu’embringuée dans le troisième groupe, le rythme est assez soutenu pour moi. Je suis tout bonnement entre 180 et 195 bpm tout du long, sauf au cours d’une pause à la fontaine où mon rythme cardiaque redescend à 150. En même temps, j’étais sans doute un peu en excès de confiance. Durant toute la première partie de la balade, j’étais super à l’aise, sans aucune douleur, heureuse d’être là avec mes compagnons et compagnes de route d’un soir. Et puis j’avais la Lampe Magique d’Agnès, et quand j’étais devant j’avais du mal à ralentir. J’ai prononcé des phrases incroyables pour une tortue comme moi: « Attention, derrière, ça glisse ! » ; « On prend où, là, à gauche ? »… Et quand c’est devenu plus dur, je suis repassée en arrière mais je prenais sur moi pour garder le rythme du groupe. Je sentais pourtant un tendon du côté de ma cheville et de mon tibia droit qui me disait : « C’est pas bientôt fini, ce cirque ? »

J’ai même fait une petite pointe à 204 bpm, à la toute fin, dans un sprint du dernier souffle (j’ai dû tenir 20 mètres…) Bon, on dira que c’est ma fréquence cardiaque maximale. (Le détail de l’activité ici: http://connect.garmin.com/activity/57927008)

Retour au magasin pour discuter avec les autres coureurs, tester les gels et barres énergétiques Mulebar (j’en reparlerai sûrement, pour une fois que ces sucreries pour sportifs sont vraiment bonnes!) et regarder un premier jet des photos de courses et paysages envoyées par les participants aux Veillées. C’est une initiative vraiment excellente, cela permet aux uns et aux autres de raconter des souvenirs, des moments forts, des anecdotes de course. Et ça donne un liant supplémentaire à une soirée déjà très chaleureuse. Noostromo et Greg rencontrent pour la première fois Fabrice, après plusieurs mois de commentaires sur leurs blogs respectifs. Un très bel instant dans cette veillée… lumineuse !

– Pourquoi tu cours ?
– Pour la surprise des rencontres à la lueur des frontales.

Les autres billets sur cette Veillée du Bois:
Djailla
Fabrice & double dose pour Fabrice tout fou avec ses Salomon XR Cross Max
Greg
Noostromo

Et Doune, tu nous as manqué mais tu as été sage de ne pas venir blessé !

Pour finir, une vidéo de Noostromo pour vous donner une idée de l’ambiance…





Retour sur la Veillée du Bois (30/09/2010)

2 10 2010

Jeudi soir, après un pot de départ au travail arrosé de cidre et de crackers (boooouh!.. Les collègues stagiaires-doctorants-et-apprentis, vous allez me manquer !!), rendez-vous est pris avec Doune, le coureur du Chablais, sur Twitter : nous partirons ensemble à la Veillée du Bois, magistralement organisée par l’équipe de Team Outdoor.

On se rejoint devant le stade Suzanne Lenglen, que nous traversons pour prendre la ligne 8 à Balard. C’est là qu’on se rend compte d’une réalité toute parisienne: 27 stations à parcourir pour atteindre Porte Dorée… On décide alors de la jouer finaude: on changera à La Motte-Piquet-Grenelle pour chopper la 6, puis on reprendra la 8 à Daumesnil. Ce petit échauffement sioux dans les couloirs du métro nous aura au moins permis de faire connaissance, de discuter et de frimer avec nos smartphones !

Arrivés sur place, je reconnais avec plaisir quelques têtes de la dernière fois, dont mes camarades du groupe « lent »… Ouf, je me sentirai moins seule ! Car Doune, bien que blessé, rejoint les warriors du groupe rapide (14 à 15 km/h pour un footing, excusez du peu!), dans lequel court également Fabrice de RunOnline, qui arrive à la bourre et SANS CROCOS HARIBO 😉

J’enfile les Mizuno Cabrakan qui sont en test ce soir: on est très à l’aise dedans au premier coup de panard, mais à l’usage dans les petits chemins caillouteux du bois de Vincennes, elles s’avèrent un peu raides et trop fines sur le devant du pied, je sens tout le relief du sol et ce n’est pas très agréable. Par contre elles accrochent bien, même dans les flaques de boue et les recoins détrempés (vous savez, les endroits un peu fourbes où l’on se dit « Oh ça m’a l’air bien, on peut y aller franchement », et en fait, ben non, ziiiip, tu glisses comme une patate sur un lit de crème.) Autre point positif: le laçage, avec une petite languette à la cheville. Et puis je n’ai pas eu d’ampoules, ce qui était le cas la dernière fois avec les Asics Trabuco (je n’aurais sans doute pas dû mettre mes semelles orthopédiques de pronatrice dans ces chaussures déjà conçues avec une correction).

Côté jogging, j’en ai un peu bavé pour tenir le rythme de 10 à 11km/h, avec une douleur pointante du côté des muscles sartorius (enfin, je ne sais pas bien si ce sont ceux-là, mais leur nom me fait rigoler ^^) et des points de côté. Alors pour les points de côté, j’ai découvert un super truc: j’essaye de ne pas y penser, de ne pas focaliser mon attention dessus, et ça passe. Magique ! En fait avec les petites douleurs de ces derniers temps, même si la semaine d’arrêt m’a fait du bien, je crois que depuis je cours de façon un peu crispée, comme si je craignais de me faire mal. Alors je vais tester un autre type d’entraînement: je vais remplacer la séance d’endurance du lundi soir au VCR92 par un cours de yoga, ça me permettra de me détendre, de m’assouplir, de travailler la respiration (prāṇayāma) et d’apprendre à bien m’étirer. Il me restera toujours les séances du mercredi (résistance) et du vendredi (fractionné) pour bosser sur piste!

Mais le point fort du jogging dans le bois de Vincennes, ce fut cette expérience incomparable qu’offrent les Veillées du Bois: courir en groupe, à la frontale, en pleine nuit. Les sons deviennent plus vifs, la concentration plus aiguë, j’entendais la rivière à mes côtés sans la voir directement, je sentais sa présence tout en restant fixée sur le chemin et mes comparses de veillée.

Jeudi la nuit était bien noire, heureusement nous avions d’excellentes lampes frontales. J’ai pu tester la Petzl Myo RXP, avec batterie sur l’arrière de la tête. Avec son bloc orientable et sa grande puissance d’éclairage, elle m’a permis de voir vraiment bien où je mettais les pieds, et ce fut un confort de vision pour l’instant inégalé. (Mention spéciale à Doune qui m’a montré comment fermer le volet grand angle!) La prochaine fois, je suivrai les conseils d’Agnes et je porterai un bandeau en dessous, car malgré sa relative légèreté elle était un peu lourde sur ma petite tête et elle glissait sur mes cheveux, atterrissant sur mes oreilles qui se cornaient tel une page de bouquin. Et avec la sueur qui dégoulinait, je ne vous raconte pas le tableau!

Arrivée à la fin de la boucle, je rejoins mes camarades du groupe « lent » tandis que l’accompagnateur fermant la course repart pour un petit tour de lac.  On fait les 300 derniers mètre en marchant, et c’est là qu’on croise les rapidos, Doune et Fabrice… Le mystère reste entier: Running Newbie court-elle vraiment ?^^

Retour au magasin, étirements (compris, je ne les ferai plus en m’appuyant sur la vitre des panneaux d’affichage extérieurs ! ^^) et dégustation de boisson Punch Power bio: vraiment pas mal, le goût de menthe est très frais et naturel, moi qui n’aime pas la menthe artificielle d’ordinaire, je suis séduite!

Pour finir je craque sur des lacets autobloquants Xtenex (Djailla avait publié un test en juin 2010), car j’ai vraiment des soucis avec mes lacets d’origine sur mes Asics: ils sont tout simplement trop courts ! Lorsque je veux enfiler le lacet dans tous les œillets, il ne me reste plus assez de longueur pour faire le nœud. J’en choisis des roses fluos (merci Agnès !! 😉 ) qui iront super bien avec ma casquette en cas de pluie fine demain (eh oui, demain, c’est les 10 kilomètres de Paris Centre ! ) et avec mon futur T-shirt de la Taillefer Trail Team !

Car ce fut la grande nouvelle de la soirée: Fabrice s’est fait l’interprète de la TTT et de Michaël « Lamiricoré » pour m’inviter à rejoindre cette joyeuse petite bande de traileurs! Bon, je n’ai jamais fait un seul trail de ma vie, je ne sais pas skier et je vis à Paris… Cherchez la feinte ! Mais j’ai la montagne dans mon coeur et j’ai programmé une participation à l’Ecotrail de Paris, version 18km, en mars prochain… Je vous reparlerai de tout cela, et de l’opération pour l’association Petits Princes, dans un autre billet !

Voici les autres comptes rendus de cette Veillée du Bois :
Doune
RunOnline

PS: Pourquoi tu cours ? (Encore oublié, celui-là!) Pour ressentir la présence de la rivière.





Veillée du Bois, avec Team Outdoor

17 09 2010

Juste un petit billet de fin de semaine pour raconter en deux mots ma soirée d’hier passée en excellente compagnie grâce au magasin Team Outdoor, qui organise une fois par mois les « Veillées du Bois ». Le concept est simple: on réunit des fans de running (et de trail, et d’ultra…), on leur fait tester de supers produits (chaussures dernier cri, boissons de récupération, gels énergétiques…) et on part tous pour un footing d’une heure dans le Bois de Vincennes. Et puis on mange des nounours en chocolat.

J’avais été conviée sur un billet de RunOnline, que j’ai eu le plaisir de rencontrer « en vrai ». Les nounours en chocolat étaient partis d’une blague, mais eux-aussi étaient bien au rendez-vous. Et c’est meilleur que le gel de glucose au goût tropical, je vous le garantis !

Hier soir la marque Asics était à l’honneur, ça tombe bien, c’est pour l’instant ma préférée [et c’est pour ça que je cite la marque…] A peine arrivée au magasin je me suis glissée dans des Lady Gel Trabuco 13 violettes du meilleur effet, et pouf, je me sentais comme dans un chausson. Le test grandeur nature s’est avéré payant, avec une bonne accroche, un bon équilibre et un amorti pas trop casse brique. Le seul bémol étant les frottements, qui ont occasionné de petites ampoules. Mais bon, ce sont des chaussures neuves, j’imagine que c’est normal. J’avais enlevé les semelles d’origine et mis les miennes orthopédiques, et ça ne m’a pas gêné bien que les modèles Trabuco soient déjà conçus pour les pronateurs (tout ça, c’est un Monsieur de chez Asics qui nous l’a expliqué à la fin du footing, entre deux nounours au chocolat et un shlouk de boisson de récup’.)

Mais le mieux du mieux, dans cette veillée, ce fut le footing de 55 minutes dans le Bois. Déjà, c’est une occasion pour moi d’aller courir là-bas, et c’est beau, ça en vaut vraiment la peine. En plus, on n’est pas seul, on est toute une petite troupe avec la frontale sur le crâne, ça papote, ça fait connaissance, et c’est vraiment super sympa. Et puis la surprise de la soirée, c’est que ce footing fut pour moi une véritable séance d’entraînement: même en me collant dans le groupe le plus tranquille, on a quand même été à une moyenne de 9 à 10 km/heure ! Lorsque je cours seule, je vais entre 7 et 8 km/heure, ça m’a donc bien boosté et tout ça sans trop forcer (un peu au début, et puis à la fin j’avais encore de la ressource pour discuter en courant.)

Bref, une très bonne expérience, que je compte bien renouveler le 30 septembre prochain !
Si vous êtes tentés, n’hésitez pas, c’est à 19h30 au 2, Place Edouard Renard dans le 12è, métro ligne 8, Porte Dorée (prévoyez simplement d’avertir l’équipe du magasin de votre présence, afin qu’ils puissent anticiper le nombre de chaussures à tester).

PS: Pourquoi tu cours ? (Ah ba oui, je l’avais oublié celui-là!) …Parce que ça t’incite à sortir de ta bulle.

PS2: Ce soir, c’est fractionné… je vais en manger des ronds de chapeau!