Une Veillée, deux canaux, trois sous un toit

14 10 2011

.

« Au bois de Vincennes y’a des petites fleurs,
Y’a des petites fleurs,
Y’a des copains au bois de mon coeur,
Au bois de mon cœur. »

Il n’y avait pas tant de fleurs que ça, au bois de Vincennes jeudi dernier, lors de la deuxième Veillée du Bois de la saison. En tout cas, ma frontale d’automne ne les a pas captées dans son halo. Mais des copains, à foison. Lire la suite »





Trois blocs au déjeuner / Découverte de la SportWatch, semaine 39 #3

4 10 2011

(...)

Je vous avais laissé avec Françoise Hardy, une sortie de 40′ footing + 2×10′ 80% VMA + 1×10′ 85% VMA, R=3′ sur le feu. Eh bien sachez que je suis cuite. Non pas parce que j’ai trop couru, mais parce que ça y-est, je suis tombée dans la marmite sucrée de la marque à la virgule. Grâce à un tirage au sort de Urun, j’ai gagné la nouvelle montre Nike SportWatch. J’ai bien toujours ma fidèle Garmin 110 (et là, subtilement, je vous rappelle ma date d’anniversaire), mais je laisse bien souvent mon cardio-fréquencemètre au vestiaire (il me graaatte !) et surtout la petite crevette grise et rose ne me permet pas de programmer des séances de fractionné à l’avance.

Lire la suite »





Paris-Versailles 2011 : c’est le temps de l’amour, le temps des copains et de l’aventure

1 10 2011

Comme dans la chanson de Jacques Dutronc interprétée par Françoise Hardy, « quand le temps va et vient, on ne pense à rien malgré ses blessures« … Et des blessures, il y en avait ce matin-là, du côté des filles de la Runnosphère ! Virginie revenait du trail des Alpes-Maritimes, 30 kilomètres, 1750 D+, 2100 D- (ouille) avec une cheville dans le pâté et les genoux dans un étau. De mon côté, sans traumatisme récent, je dois tout de même négocier avec mon genou gauche qui s’épanche comme une fillette au bout de 50 minutes de course. Mon objectif était donc de courir cette édition 2011 du Paris-Versailles en moins de 50 minutes. Ah… on me dit dans l’oreillette que la première femme, Aftu Goitetum, a mis 53 minutes et 41 secondes. OK, je reprends : mon objectif, pour cette « toute première fois » sur ces mythiques 16 kilomètres reliant la Tout Eiffel au Château de Versailles, était de courir sans me blesser davantage, si possible dans un temps situé entre 1h35 et 1h40.

Lire la suite »