Test VMA Demi Cooper : done

19 04 2011

Noostromo l’avait accompli il y a deux semaines, Jahom l’a réalisé aujourd’hui, et j’en avais parlé avec THE COACH avant qu’il ne parte en vacances: « ça serait pas mal de faire un test de VMA en début de saison! » Ma « saison » de course a pied est déjà bien avancée, avec une reprise post-blessures en décembre et janvier, quelques mini-trails en février (Compreignac et l’Ubaye) et l’Ecotrail 18 km de mars. J’aborde à présent des 10 kilomètres sur route en mai (dans le Bois de Boulogne et à Strasbourg) et des trails en juin (l’Oisan et… non, pas le Mont Blanc, mais certainement une course plus proche de la maison, comme le trail de Sully).

La VMA, ou vitesse maximale aérobie, est la vitesse à partir de laquelle une personne consomme le maximum d’oxygène. En deçà de cette limite, c’est l’aérobie et tu utilises l’oxygène comme carburant (c’est moins cher que le super sans plomb). Au-delà, c’est l’anaérobie et tu pédales dans la choucroute (ou plutôt, tes cellules se mettent à utiliser la lacto-fermentation, qui est le mode de fabrication de la choucroute.)

Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Marathon de Paris 2011 : les photos du 37è kil’

11 04 2011

Quelques photos pour rendre hommage aux coureurs et coureuses que nous avons encouragés ce matin, Noostromo et moi, juste avant le passage du 37è kilomètre du marathon de Paris.

Ils étaient vaillants, elles étaient fortes, ils en bavaient des ronds de chapeau sous cette chaleur incroyable pour un mois d’avril (13° à 7 heures du matin, 25° à 11 heures), elles luttaient comme des diablesses en s’aspergeant d’eau. Certains marchaient un peu, d’autres s’arrêtaient pour s’étirer, il y avait des cris de joie et des larmes d’énervement, des mots pour se donner du courage.

Lire le reste de cette entrée »





Un an de course à pied

5 04 2011

Cet étrange signe des hommes dans le ciel lillois, anachronique, croisé à plusieurs reprises près de la Grand’Place et dans le quartier de la fac de droit, se trouvera en bonne place dans mon ch’ti coeur de newbie. Car ce week-end à Lille, j’ai quelque chose à fêter. Voilà maintenant un an que je me suis mise à courir.

J’ai déjà relaté cette première sortie au stade de Beaublanc à Limoges, avec mon amie Aurélie — que mille pluies d’or lui tombent sur la tête et que sa descendance soit nombreuse. Dans une lente progression, après des blessures, une reprise sous la houlette de mon podologue et des sorties régulières, me voilà parvenue à un premier pallier avec ces deux heures de course et presque vingt kilomètres (et 227 D+, comme j’en suis fière!) franchis à l’Ecotrail de Paris le 26 mars dernier. Outre la durée et la distance, j’ai également perdu environ 10 battements par minute sur mon rythme cardiaque en course depuis octobre 2010, et gagné 2 minutes au kilomètre en endurance fondamentale depuis l’été dernier. Je devrais pouvoir améliorer mon temps sur 10 kilomètres le 1er mai prochain à Boulogne: il est pour l’instant de 58’46 et date des 10 kilomètres de Paris Centre, en octobre 2010.

Lire le reste de cette entrée »





Ecotrail de Paris 2011: du binôme au trinôme

1 04 2011

Tandis que mes camarades de la Runnosphère se réunissent à la désormais traditionnelle « Veillée du Bois » de Team Outdoor, je file vers le Nord pour un déplacement professionnel. J’ai embarqué dans ma valise mes chaussures de course et un peu de temps pour écrire. Je vais pouvoir revenir sur la course du week-end dernier, l’Ecotrail de Paris, dévorée dans sa version 18 kilomètres en binôme.

Je m’étais inscrite avec Julie, mon ancienne collègue d’Orange, mais une chute malencontreuse dans les Pyrénées a eu raison de sa cheville. Elle peut tout juste remarcher sans peine, je lui souhaite une bonne fin de rétablissement et lui donne rendez-vous sur d’autres sommets — le Mont Blanc, Cilaos ?

C’est Noostromo qui a pris sa place et après quelques tractations brumeuses avec l’organisation — OK, vous pouvez la remplacer / Attention, dernier rappel, nous n’avez pas de binôme / Holala, c’est compliqué le retrait des dossards, hop, prenez-moi tout ça — nous voilà enfin arborant le numéro 7544.

Lire le reste de cette entrée »