Boucles de la Juine 2016 : 11 kilomètres de défi !

2 10 2016
20161002_arrivee_runnosphere_coworkgreen_boucles_juine

Runnosphère et Team Coworkgreen à l’arrivée des Boucles de la Juine

Elle est enfin arrivée, la course pour laquelle nous nous sommes entraînés tout l’été au sein de Coworkgreen !

Les Boucles de la Juine, c’est traditionnellement une course de 15 kilomètres empruntant les communes vallonnées de Saclas, Guillerval, Méréville et Saint-Cyr la Rivière. Cette année en 2016, l’association OMS Boucles de la Juine change le format, avec un semi-marathon (seulement le deuxième semi-marathon de toute l’Essonne !) et un parcours de 11 kilomètres.

Pour deux d’entre nous, c’était leur première course officielle. Bravo à mes collègues et amis fort courageux de se lancer d’emblée sur ce format, pas vraiment court et plutôt pentu (mon GPS m’annonce 200 mètres de dénivelé, mais je crois qu’il exagère). D’autant plus téméraires que lors de nos entraînements, nous n’avions pas dépassé les 5 kilomètres à 8 kilomètres / heure !

C’est toujours un plaisir inégalable mais chaque fois renouvelé de s’élancer sur une course en groupe. On s’accroche les dossards les uns les autres, on s’échauffe ensemble, on piétine sur la ligne de départ… Rue Gabriel Péri, le départ est donné à 9h30 pour la course de 11 kilomètres. Une famille de canards se dandine à nos côtés, indifférents à ces drôles d’êtres humains aux t-shirts de toutes les couleurs.

Bien sûr, je n’ai pas mes chaussures de route, oubliées dans notre espace de travail partagé : je suis donc chaussée de mes chaussures de trail, les toujours vaillantes Columbia (ne cherchez pas, elles n’existent plus tellement elles sont vieilles !)

Bien sûr, j’ai également oublié mes sous-tifs de course dans les vestiaires de Coworkgreen, je prends donc le départ avec une vieille brassière d’allaitement hors d’âge, on a la classe à Saclas ou on ne l’a pas. (A l’heure où j’écris ce billet, aucune séquelle a déplorer !)

Mais tout ça, les canards s’en fichent !

20161002_canards_boucles_juine

A 9h30, donc, c’est parti ! Nous connaissons bien la première partie du parcours, que nous empruntions dans nos séances matinales. Direction Bossenval et la belle vallée de la Juine !

« Il y a un enfant qui nous regarde »

C’est là que Marie prononce une phrase qui restera dans nos mémoires et alimentera certainement nos futures blagues. Elle me regarde avec un air étrange et me dit « Il y a un enfant qui nous regarde… » Il s’agissait tout bonnement d’un gamin du dimanche en pyjama, tirant le rideau de sa chambre et regardant passer les coureurs. Mais elle l’a dit d’une telle façon que nous nous sommes crues l’espace de quelques secondes dans un film de Polanski.

Sur la route de Bossenval, j’aperçois dans un jardin une autre petite tête bouclée et je crie « Salut Chris ! » Il s’agit du petit garçon qui est gardé avec mon fils de 2 ans chez une nounou du village. La mère étonnée lève la tête et je crie à nouveau « Je suis la maman de Baptiste ! »

Les points de côté sont là, nous cherchons notre souffle en admirant la beauté de la nature qui nous entoure, encaissée, près de l’eau. A 2 ou 3 kilomètres, je me demande encore comment mes amis vont gérer la course, alors même que nous allons plus vite que lors de nos entraînements.

Je les laisse partir devant pour toquer à la porte rapidement chez mes amis de Boigny, les surprendre en tenue matinale du Dimanche et leur faire une bise toute suante. Merci Running Newbie !

La Beauce, sa faune, sa flore et ses quad

Puis c’est la côte de Boigny (on souffre, on ralentit, mais on ne lâche rien !) et enfin le moment tant attendu : le ravito du 5ème kilomètre.

Ravito_Boucles_Juine.jpg

Les sympathiques bénévoles du ravito à Croix de Boigny, et Yann-Eric en pleine restauration

Un grand merci aux bénévoles qui attendent tous les coureurs dans le froid, disposent les verres et les remplissent, préparent les assiettes de chocolat, de pain d’épices, coupent les quartiers d’orange, organisent la collecte des déchets.

Un grand non-merci à ces deux coureurs du semi-marathon, dont le parcours nous rejoignait à cet endroit et qui ont râlé parce que nous restions un peu trop longtemps devant le stand, les obligeant à dévier d’un poil de fesse et leur faisant perdre de précieuses secondes (on ne les a pas vu sur le podium, c’est certainement à cause de nous). Pardon, on est des Newbies et on aime le chocolat ! 🙂

Courir à la campagne, c’est profiter d’un paysage sans pareil, traverser de charmants villages, mais également subir les pots d’échappement des quads, et franchement avec les poumons bien ouverts ce n’est pas un plaisir.

quad_boucles_juine

Comment dire ? Les quads c’est juste pas possible !

Nous abordons la deuxième partie de notre parcours avec enthousiasme, échangeant quelques mots avec les coureurs, recevant les encouragements de ceux qui nous dépassent (les semi-marathoniens), blaguons, papotons autant que notre souffle le permet. Nous ne sommes pas engagés dans une « compétition », nous voulons simplement aller au bout, le mieux possible.

Arrivés à Guillerval, horreur, malheur ! Une nouvelle côte ! On serre les dents, on se serre les coudes et on y va.

guillerval_boucles_juine

Ceci N’EST PAS la voiture balais ! (Marie, Yann-Eric de Coworkgreen et Lili du club d’atlhé Val d’Orge, meilleure que nous malgré sa catégorie Vétéran 3)

Les deux derniers kilomètres se font dans l’allégresse la plus totale, « On l’a fait, on va y arriver, et on n’a pas été trop lentement en plus ! » On attrape Yann-Eric qui a un coup de mou sur la fin et nous franchissons la ligne d’arrivée la main dans la main.

Nicolas arrive peu après, fier et heureux de son semi-marathon de reprise en moins de deux heures. Puis nous recroisons Philippe et Béatrice de la Runnosphère. Promis, nous viendrons faire les foulées du lavoir en Limousin, en 2017 !

Merci à toute l’organisation et aux bénévoles des Boucles de la Juine !

Merci à Patrick Dorizon, Jean Livet, Sylviane Dorizon, membres du bureau de l’association OMS Boucles de la Juine, quelle belle initiative ! Retrouvez leur interview sur le blog de Radio Sensations.

Merci aux bénévoles, comme Rose-Marie aux inscriptions et au vestiaire, sans qui ces événements ne pourraient avoir lieu.

benevoles_boucles_juine

Merci Rose-Marie, merci les bénévoles !

Quelques photos de la remise des coupes :

20161002_officiels_boucles_juine

Monsieur Yves Gauchet le Maire de Saclas au micro, avec les organisateurs ainsi que Monsieur Guy Crosnier, Président délégué au Conseil départemental en charge de la ruralité et du monde agricole. Peu m’importent leurs appartenances politiques, ce sont des hommes de terrain qui soutiennent la vie des villages et pour cela : merci !

20161002_podium_hommes_boucles_juine

Le podium masculin du Semi : Abdeslam Kenouche (1h16’25 »), Laurent Martinou (1h16’58 »), Yannick Courjal (1h17’02 »)

 

20161002_podim_femmes_boucles_juine

Le podium féminin du Semi, après que Baptiste soit allé faire rouler sa petite voiture sur les marches de la victoire. Cristina Faria (1h27’38 »), Virginie Meslin (1h31’42 »), Julia Alfonso Flores (1h31’43 »)

20161002_kenouche_abdeslam_boucles_juine

Abdeslam Kenouche a offert ses deux coupes à Nina et Baptiste 🙂 Merci !

Prochaine étape pour la Team Coworkgreen : la corrida de Méréville en décembre (je ne sais pas encore si elle aura lieu mais on y croit) !

Publicités

Actions

Information

2 responses

2 10 2016
philippethuret

Un Grand Plaisir de vous avoir revus depuis le temps 😉

3 10 2016
runningtkh

Merci à toi Philippe et oui, rendez-vous pris pour les foulées du lavoir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :