La Parisienne 2011 / Une reprise en douceur

12 09 2011

 Premier billet écrit dans notre nouvelle maison, c’est si bon d’avoir enfin un « chez nous », un camp de base dans lequel projeter tous nos rêves pour les années à venir !

Ce matin, j’ai couru La Parisienne avec ma soeur et une collègue à elle. Depuis ma première expérience l’année dernière avec mes collègues de chez Orange, je m’étais dit que c’était une excellente occasion pour partager ma passion de la course à pied avec des amies pour qui courir n’est pas encore devenu une ivresse. Des débutantes (comme celle que j’étais !), des qui-s’entraînent-un-peu, qui préparent cet objectif sérieusement, mais dont on ne sait pas si l’hiver les fera rebrousser chemin.

Après être venue m’encourager dans l’édition 2010, ma soeur m’avait avoué que l’ambiance lui avait donné envie de participer l’année suivante. Je lui avais écrit dans les commentaires à mon billet : « L’année prochaine, tu vivras la course de l’intérieur ^^ » Chose promise, chose due !

Miss C., un mot sur ton entraînement encadré par des coachs ?

« Rien de tel pour se motiver qu’un entraînement encadré, et en groupe. La progression seule n’est pas évidente, surtout pour une débutante. J’ai ainsi testé les entraînements coachés de La Parisienne. D’abord seule, puis accompagnée d’une collègue. D’abord en achetant un crédit pour une séance (12 euros pour 1h-1h15), puis en achetant un pack de 50 crédits (à 50 euros, avec en bonus un carnet récapitulant les thématiques des séances d’entraînement) ! Echauffement, salutation au soleil, exercices ciblés, travail de la vitesse (vive les 15/15 pour avoir la force de sprinter avant la lignée d’arrivée !), footing, renforcement musculaire, stretching, musculation du périnée, étirements… Un travail complet, poussé et qui a lieu toute l’année, même après la course. Idéal pour se motiver en hiver… Les séances se déroulent à différents endroits dans Paris. Après avoir commencé mes séances au jardin du Luxembourg, j’ai opté pour un ultime entraînement d’avant-course au Champ de Mars. On prend ses marques, on repère le trajet, on découvre le village de la course en construction. Mais on est loin d’imaginer le monde et l’ambiance qu’il y aura !

Et ce fut impressionnant le jour J. Une sacrée organisation, que certaines ont décrié. Challenge entreprises et dossards rouges privilégiés dans les vagues de départ, attente de plus d’une heure sous la pluie pour les dossards bleus sans ordre d’arrivée, effet escargot sur le 1er kilomètre, etc. Personnellement, j’étais plus dans une dynamique positive, pleine d’excitation. Le plaisir de courir auprès de ma soeur (merci !) et d’une collègue, l’esprit de fête, les encouragements des spectateurs, l’énergie des musiciens et le sourire des autres coureuses/marcheuses ont été plus forts que tout. Et ne l’oublions pas : la cause ! L’organisation a eu également l’intelligence de présenter ses excuses aux filles (via la page Facebook), en les assurant que tout serait repensé pour la prochaine édition. Une belle réactivité. Mon prochain objectif (parce qu’il m’en faudra un pour continuer à m’entraîner régulièrement) : une autre course pour le recherche médicale, 6 ou 10km, en améliorant ma régularité et ma vitesse. Petit à petit, la « runneuse » fait son nid ! »

C’est comme ça qu’on se retrouve un dimanche matin trempées par la pluie sur un pont, attendant un départ qui se fait languir. Mais revenons un peu en arrière : après un retrait des dossards parfait la veille, une pasta party improvisée et des retrouvailles dans le RER C à 7h30, nous décidons de participer à l’échauffement collectif. Bon, on est un peu larguées, il faut faire des gestes avec ses bras, secouer ses épaules, onduler des hanches, sauter en l’air, on fait ce qu’on peut ma bonne dame ! Une collègue de Miss C. est là également, nous partons en direction de la Tour Eiffel, non sans une petite salutation au soleil sur la pelouse locale.

Coucou Soleil ! Nan ? T'es sûr, tu viens pas ??

Nous laissons Noostromo et Shuseth (venu pour encouragée sa chérie, à ce moment-là déjà lancée sur la course dans une vague de départ « corporate« ), rendez-vous sur le parcours si possible, et à l’arrivée ! Nous retrouvons d’autres amies de la collègue de Miss C. et c’est parti pour la grande transhumance jusqu’à la ligne de départ.

Nous allons du côté des dossards bleus sur le pont d’Iéna, face au Trocadéro où flottent des drapeaux français et américains. Au fur et à mesure de l’attente, l’excitation de la course monte, c’est quand même extraordinaire de se retrouver là avec plus de 20 000 nanas, toutes heureuses de partager un tel moment. On se resserre, on se réchauffe, car il ne fait pas doux ! Des gouttes commencent même à tomber… ça-y-est, on est trempées, on aurait dû prendre la casquette et le sac poubelle ! Nous avançons enfin derrière la chaîne des bénévoles, et sommes à l’arrière de la vague. Mais à la faveur de la pluie, ils libèrent également les participantes derrière nous et l’annonce au micro tombe : « Nous allons faire partir à présent la dernière vague ! »… OK, on est dans la DERNIERE vague, ça va être coton ! Le sol est glissant, je crains les chutes dues aux mini-bousculades (on est excitées comme des puces !) C’est enfin le décompte final, et nous passons la ligne de départ.

Attention, on arrive !

Ça bouchonne un peu, le départ n’est du coup pas très rapide. Mais il est en montée, ça va bien pour se faire les jambes. J’essaye de ne pas partir sur mon rythme propre et d’être attentive au souffle de Miss C. Ses objectifs (et donc les miens!) sont de finir cette première course en la gérant bien de marcher le moins possible. Un temps (parce qu’on a toujours un temps dans la tête avec un dossard sur la poitrine, quel que soit notre niveau) entre 45′ et 50′ serait idéal. Nous cheminons à son rythme, et je sens que ça bosse. Tous les kilomètres sont marqués, ce qui est bon pour le moral. Les batucadas et orchestres nous accompagnent, on commence à pouvoir courir sans avoir à trop slalomer. Ce sera sans compter les tunnels, qui outre le plaisir des oreilles (mais pourquoi tout le monde huuuuurle dans les tunnels ?) est une peine pour les jambes, car ça bouchonne à la sortie. Mais quel bonheur de traverser Paris sans voiture !

On s’arrête au ravito du 3è kilomètre pour prendre un verre d’eau, et on marche un peu (là c’est permis, c’est ravito !) Puis on repart. On garde un rythme assez régulier, même si Miss C. doit me rappeler à l’ordre une fois car je me mets malgré moi à accélérer ! J’essaie de ne pas trop parler pour ne pas la déconcentrer, mais les énergies passent quand même entre nous. C’est bon de courir avec sa soeur ! Nous retrouvons sa collègue et ses amies au kilomètre 4, et nous finissons non loin les unes des autres. Le cinquième kilomètre est un peu dur, on marche un peu pour arriver bien. Deux difficultés : dans l’avenue de Suffren, on voit bien le panneau « 6 kilomètres », mais pas l’arche d’arrivée… c’est un peu décourageant! Il faut tourner à gauche sur la place Joffre pour l’apercevoir enfin, 400 mètres après ledit panneau. On reprend son souffle et on accélère. Nous faisons les belles devant les photographes, et franchissons la ligne d’arrivée au son du « wakawaka » de Shakira, toutes contentes de cette aventure ! Nous avons passé les 6 kilomètres en 48′ et la ligne d’arrivée à 50′ !

Après une médaille, une banane et une jolie rose, retour auprès de Nicolas que nous n’avons pas pu apercevoir pendant la course (nous étions nous-mêmes étonnées d’être dans la dernière vague, alors qu’il y avait tant de monde derrière nous!) mais qui est là pour nous réchauffer. Une bonne lasagne, du canard, de la bière : la récup’ fut de qualité !

Parisiennes !

Bilan : 
– Je reviendrai l’année prochaine, c’est toujours une occasion unique pour courir avec les copines !
– Merci les bénévoles, les musiciens, les supporters, et Merci Nicolas ! Eux aussi sont sous la pluie, et pourtant ils ne courent pas !
– Courir plus lentement que son rythme, c’est du boulot aussi ^^
– La prochaine fois, je me débrouille pour être dans les premières vagues…

Je reviens enfin sur les quelques 4 semaines écoulées (déjà 4??) depuis notre retour de randonnée. Elles furent marquées par de nombreux rebondissements qui nous on laissé peu de temps pour courir. Nous avons tout de même assuré deux sorties par semaine, trèèèèèès difficiles au début. Je croyais que la rando et la course ne différaient pas tant que ça du point de vue de l’entretien physique, eh bien je me trompais !

Les deux premières séances (semaine 33) furent lentes et courtes, comme s’il fallait tout réapprendre. Heureusement, les deux suivantes (semaine 34), l’une en solo dans les jardins du château et l’autre en trio avec une voisine dans la forêt de Versailles m’ont rassuré sur mon état de forme. Un test VMA en semaine 35 a fini de me rassurer : malgré zéro séance de vitesse depuis le mois de mai (j’ai plutôt travaillé les côtes pour les trails de juin et juillet), je pointe toujours à 14km/h. Maintenant qu’on est bien installé (on a PRESQUE tout rangé ^^) nous allons pouvoir ré-attaquer dans le sérieux. Un peu tard pour le Paris-Versailles, que nous ferons sur nos acquis, mais pas encore trop pour un semi-marathon d’automne. Vincennes me semble un peu juste, mais tentable !


Actions

Information

20 responses

12 09 2011
agnès

hello la parisienne!… belle reprise en famille… et j’en profite – vu que j’ai rattrapé mes lectures en retard dont une certaine petite virée du coté de Sully – pour vous souhaiter mes meilleurs voeux! A jeudi…

13 09 2011
runningtkh

Merci Agnès !
Jeudi une amie d’enfance vient à Paris fêter sa soutenance de mémoire, je vais louper la rentrée des Veillées du Bois ! Mais je vais relayer l’info sur Twitter.

12 09 2011
Greg Runner

Bien sympa cette course entre soeurs! C’est quand la prochaine?
Marrant au passage la photo avec Nico qui apparaît dans le miroir à droite! 😉

13 09 2011
runningtkh

Oui cette photo est marrante ! J’adore la tête qu’il fait ^^

12 09 2011
RunOnline

Allez, la rentrée est réalisée pour toi et maintenant, faut s’entraîner !
je constate que tu soignes toujours ta récup’ en matière d’hydratation !!
A bientôt.

13 09 2011
runningtkh

Oui c’est la rentrée ! Ça va bosser dru !

12 09 2011
vinvin20

Encore bravo a toutes les deux!
Si je me souviens bien l’année dernière tu avais aussi eu la pluie.
Une première médaille pour Miss C. qui en appelle d’autres..
Je lui souhaite de suivre le même chemin que sa soeur et qui sait dans un an, elle fera elle aussi découvrir la parisienne à une copine.
Sympa la photo avec Nico en arrière plan.😉

13 09 2011
runningtkh

Vinvin, la mémoire de la Runnosphère ! Effectivement nous avions eu un peu de pluie, et à l’époque je m’en inquiétais beaucoup… J’avais même demandé si je devais mettre des trails pour l’occasion… Une vraie newbie !

12 09 2011
MIMI

Pour le papa que je suis, c’est très émouvant de lire et de voir ses deux fifilles heureuses à travers de telles manifestations.
BRAVO C…. il faut continuer, je suis très fier de toi .
Moi, j’en reste aux randos, vélo, natation et roller pour entretenir mes 55 ans…et « bientôt » la neige dans ces belles Alpes pour encore des randos avec peau de phoque, raquettes et le télémark !
Oui, que la montagne est belle !…

13 09 2011
runningtkh

Oui c’est sûr, tu peux être fier de Miss C. elle a bien bossé ! Et elle en redemande en plus ! A bientôt dans ta belle montagne🙂

13 09 2011
François D.

Belle façon de reprendre que de faire une course avec sa soeur ! Je te souhaite un bel entrainement pour tes objectifs d’automne.

13 09 2011
runningtkh

Merci François, c’était effectivement une belle expérience, les photos de la ligne d’arrivée en témoignent ! (J’en mettrai une ici bientôt)

13 09 2011
trainingforboston

Belle course en duo. L’automne sera bien remplie avec ces objectifs.

13 09 2011
runningtkh

Merci Luc ! J’espère effectivement que cet automne sera bien rempli🙂

13 09 2011
Eponyme

Bravo à vous deux pour cette belle course !🙂

13 09 2011
runningtkh

Une belle course, ça c’est certain. Reste à bosser la vitesse, l’endurance, tout en protégeant ses articulations… Tout un programme !

13 09 2011
Valérie

Bravo pour cette course féminine à deux ! Quel bonheur de courir en famille, je connais ça aussi, ayant « mis » également une de mes soeurs à la CAP il y a 2 ans (l’autre courait déjà). Depuis, elle court toujours, elle a croché🙂

16 09 2011
runningtkh

Oui, comme le dit ma soeur, elle est une « victime consentante de ma passion » ^^

13 09 2011
lili

ah mince, je peux pas liker le commentaire de ton papa !
Bon miss Clara, je suis très contente de lire ce compte rendu, un peu déçue de n’avoir pas été avec toi, même si je n’aurais échangé mon soleil grec contre le ciel parisien pour rien au monde.
J’ai une bonne nouvelle : petite rando de 4 heures à Amorgos, dans les cailloux, 300 m de dénivelé (ok c’est rien, mais je reviens de loin) et… AUCUNE douleur à la cheville, même si dieu sait le nombre de fois qu’elle s’est tordue entre deux gros cailloux. Donc ça plus toute la graisse accumulée ces six derniers mois sur mes cuisses et mon ventre, j’irai courir si j’y arrive le dimanche et/ou un midi à issy.
Mais en fait, je cherche plutôt un truc soft, un club de randonnée ou de marche nordique (ça a l’air trop bien). Si tu en connais un de bien, je suis preneuse !
bisous et à très bientôt j’espère, car avec les mésaventures de mon anniversaire, ça commence à faire longtemps.

16 09 2011
runningtkh

Hello Julie, super si ta cheville revient solide de cette rando grecque !
Préviens-moi si tu cours à Issy, je pourrai peut-être faire un détour !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :