Jour : 25 octobre 2010

Boğazı view (3/3): Kennedy caddesi

Ce matin-là il faisait beau. Le Bosphore était bleu comme le ciel et le ciel bleu comme la mer de Marmara. La fonction « Explore » de Garmin Connect ne s’était pas trompée: la route Kennedy qui encercle la péninsule antique est un endroit merveilleux pour courir.

Avec Monsieur M., nous avons pris le tramway depuis le parc de Findikli d’où j’étais partie la veille en remontant vers le nord. Là, direction le sud, jusqu’au palais de Topkapı (prononcer « Topkapeu », en raison du facétieux « i sans point » de la langue turque). Je branche la montre à l’entrée du parc du palais, que nous traversons en marchant. Arrivés au Bosphore, je m’élance, le fleuve à ma gauche et la mer devant, la ville dans le dos. En réalisant un aller retour, je profiterai des deux vues, revenant face à la cité.

Certes il y a des voitures, mais comparé au parcours de la veille, elles sont loin. Une large bande de bitume permet aux promeneur de déambuler et aux pêcheur de pêcher. En ce dimanche matin, tout est calme. Je croiserai deux coureurs, dont l’un en train de s’étirer. Une femme voilée s’amusera à me taquiner en changeant de trajectoire plusieurs fois pour se mettre sur mon chemin, mais son bon rire et son regard franc ne laissera pas de doute sur ses intentions dénuées de méchanceté. On m’invitera à boire le thé et à jouer au tir à la carabine sur les ballons installés dans les roches. Je déclinerai poliment, non sans m’être arrêtée pour ne pas faire ma rustre, et prendre quelques photos.

Kennedy Caddesi - Vendeurs de thé

J’ai beau être heureuse de courir ici, je souffre. Mon mollet droit recommence à me tirailler au même endroit, sur le côté, mes jambes sont en plomb. La reprise est très dure, j’ai l’impression de me retrouver plusieurs mois en arrière, à mes tout débuts. J’essaye de ne pas aller trop vite, pour tenir le plus possible. Puis quand une rupture de parcours surgit dans le paysage, j’en profite pour marcher un peu.

La route Kennedy est à un moment (kilomètre 3,8 si j’en crois la Garmin 😉 ) bordée par un parc fréquenté par les familles stambouliotes, à l’abri de la Mosquée Bleue. On y trouve des jeux pour grands, qui sont en fait des machines de gymnastique en plein air, plutôt amusantes.

Kennedy Caddesi et Mosquée bleue
Kennedy Caddesi et jeux pour les grands

Comme la veille les pulsations sont hautes, environ 185 ppm quand je cours aux alentours de 10km/h. Mais les sensations ne sont pas très bonnes, ce qui pourrait expliquer cela. Il va falloir que je replanche sur la question du mollet. A l’écoute de mes ressentis, un verdict tombe: ce ne sont pas seulement mes chaussures de ville qui sont trop petites, il semblerait que mon pied gauche est également un peu compressé dans les Asics. D’où, sans doute, le mollet gauche à la ramasse, kilomètre après kilomètre. D’autant que les lacets Xtenex renforcent cette sensation de pression, même si je les ai réglé au plus large possible. Les derniers deniers de mon anniversaire partiront donc dans une nouvelle paire de pompes (samedi prochain, direction Team Outdoor !)

Je suis allée, courant-marchant, jusqu’au quartier portuaire de Yenikapı. L’une des raisons pour lesquelles j’avais envie de poursuivre mon chemin était liée à la volonté de créer une nouvelle trace sur la carte Garmin, pour vous montrer jusqu’où la route était belle. En réalité, une fois le port contourné, le bord de mer accessible se poursuit encore sur plusieurs kilomètres, au milieu d’un parc. J’ai préféré rester sage, ménager mon mollet et retrouver Monsieur M. Après ces émotions sportives, une terrasse au soleil nous attendait, avec un bon plat de côtelettes d’agneau à la purée d’aubergines !

Mer de Marmara

PS: Pourquoi tu cours ? Parfois, quand la reprise est difficile comme maintenant, je me pose la question dans le mauvais sens du terme. Pourquoi continuer à courir si chaque progrès est remis en question au moindre arrêt, à la moindre blessure ? Mais je continue d’espérer que mon corps n’a pas oublié les entraînements des mois précédents, et qu’une fois allégée de ma douleur (et des 3 ou 4 kilos repris à Istanbul… comme je les sens, cette fois-ci !) , je repartirai de plus belle pour atteindre dans 4 semaine mon nouvel objectif : améliorer ma vitesse sur les 10km du Havre.

PS2: Merci à tous pour vos conseils avisés dans les commentaires du billet précédent. Grâce à vous, je progresse dans la connaissance ! Vos réponses m’évitent par exemple de poser une question destinée à la gente féminine « Est-ce qu’on peut poser la ceinture du cardio par-dessus le sous-tif ? Parce que ce serait quand même plus confortable… » S’il faut tremper le bizmuth dans de l’eau pour une meilleure électrolyse, j’en déduis que sur l’élastique ça ne servirait à rien !

Et le lien vers l’activité :
http://connect.garmin.com:80/activity/embed/54306872