La Vanvéenne 2010

8 09 2010

Dimanche prochain, je vais participer à la course « La Parisienne » avec 3 de mes collègues (sous la pluie ?..) Cet événement est l’occasion de revenir sur ma première compétition, « La Vanvéenne », qui a eu lieu le 13 juin dernier.

Je venais de tomber dans la marmite de la course à pied: premiers joggings, premières chaussures de running, premières alertes avant blessures. En rentrant chez moi un soir, je découvre dans le journal municipal l’annonce d’une course populaire, « La Vanvéenne », déclinée sur plusieurs versions (enfants, ados, 5 kilomètres et 10 kilomètres). L’occasion était trop belle pour la laisser passer. Je convainc Monsieur M. de s’inscrire avec moi sur le parcours de 5 kilomètres: cette première course, je  voulais la vivre avec lui.

Et vu le nombre d’entraînements qu’on avait réussi à caler ensemble (heu… deux?), je pensais que le jour J se poserait le problème de qui attendrait l’autre, qui mènerait l’allure… tout en étant persuadée que ce serait bibi qui jouerait la hase (femelle du lièvre, ndlr.) Je crois que je venais de dépasser le cap des 30 minutes d’affilée à 8km/heure, et avec les séances de ouf que j’enchaînais au stade Suzanne Lenglen, il était évident pour moi que j’allais le fumer à la première montée… Que nenni !

La Vanvéenne est connue pour son parcours vallonné: ça descend dans l’avenue du Général de Gaulle et ça griiiiimpe jusqu’au carrefour de l’Insurrection ; on débaroule le Parc Pic et on remooooonte le Parc Pic. Mon objectif était simple: la finir. Je n’avais encore jamais couru 5 kilomètres, dans aucune de mes séances. La finir et la vivre pleinement, pour que ce bon souvenir m’accompagne longtemps et nous donne de belles histoires à raconter, Monsieur M. et moi, dans les longues soirées d’hiver.

Il se trouve qu’une voisine et une amie à elle se lançaient également dans l’aventure. Nous voilà tous les quatre sur la ligne de départ, bien au fond pour ne gêner personne, agités comme des puces mais tentant de ne rien laisser transparaître (genre très « pro »), le mari et les fistons de ladite voisine nous encourageant à grand renfort de photographies. 3, 2, 1, partez!

« Surtout, ne pas partir trop vite »… Oh ben là, pas de souci, on est dans les derniers ! Première côte dans l’avenue de la Paix, et voilà Monsieur M.  qui donne le rythme: « On développe, on développe! » L’expression me fait tellement marrer que je garde le rythme en rigolant, on dépasse la team Wilkinson, les voisines nous suivent. Et durant toute la course, ce fut ainsi: tranquillou dans les passages plats, tenir le choc dans les montées et récupération du souffle dans les descentes. Emmenés par un Monsieur M. qui n’a pas l’air de souffrir un brin. Arrivés au Parc Pic, quasiment à la fin du parcours,  j’expérimente mon premier « runner’s high »: je me sens tellement bien, tellement heureuse que j’ai envie de remercier je-ne-sais-pas-qui du bonheur que je suis en train de vivre. Je me mets alors à prier, ce qui ne m’arrive pas très souvent. Et là j’ai besoin de toute l’aide du ciel pour affronter ce qui m’attend: la méga-côte-de-la-mort qui n’en finit pas, quand on sort du parc ça continue encore.

Dernier tour de stade, le public nous encourage, « Allez, allez, allez! »… et c’est vrai que ça fait du bien, quand on est complètement crevé ! (Monsieur M. soutient que le public nous encourageait croyant que nous étions les premiers échappés du parcours de 10 km, ce qui est plausible mais je continue de croire que le public encourage tout le monde y compris les derniers.) J’avais fait cette course sans compteur ni chrono, et c’est en franchissant la ligne d’arrivée que je vois mon temps : 30 minutes et 8 secondes, un record personnel incroyable ! Je m’écroule sur les abricots secs offerts en ravitos, fatiguée mais heureuse.

Au final je suis super contente : 83è sur 108 au classement général, 11è sur 21 dans ma catégorie (et c’est là que j’apprends que je suis « senior », excusez du peu ^^)

A présent je regarde la prochaine ligne d’horizon, dimanche. Les 6 kilomètres de La Parisienne ne me font pas peur, je cours désormais cette distance sans problème. Demain soir, dernier entraînement avec les collègues, après avoir été chercher nos dossards et notre t-shirt « corporate ». Je suis face à deux paramètres inconnus: comment courir sous la pluie ? Comment courir au milieu de 22000 personnes ? Je crains les glissades sur les pavés, les mouvements de foule, les ralentissements pénibles ou les bousculades, même si l’organisation a l’air super carrée et qu’il y aura des départs avec plusieurs créneaux.

Vous qui avez l’expérience de ce type de course, que me conseillez-vous ? Est-ce que mes chaussures de trail accrocheront mieux les pavés mouillés que mes chaussures de course sur route ? Dois-je préférer la version short-t-shirt s’il pleut ou mettre une veste et un pantalon de jogging ? Comment courir dans la foule ? Questions de newbie…

PS: Pourquoi tu cours? Pour le « runner’s high » en pleine compet’ !
PS 2: La photo est le départ de la Vanvéenne 2010, Monsieur M. porte une casquette beige et je suis à côté🙂


Actions

Information

21 responses

8 09 2010
philippe

je te soumettrais bien l’idée du parapluie mais j’imagine qu’elle t’a déjà effleuré l’esprit !
plus sérieusement, si il pleut réellement, c’est plus la température qui définira comment tu devras te couvrir pendant la course mais il me semble que la tenue light devrait suffire. C’est la période d’attente avant le départ qui est plus délicate à gérer pour éviter de trop se refroidir. L’idéal étant de planifier un léger échauffement tout juste avant. Le nombre de participantes est impressionnant ! Le plus important est de regarder où on met les pieds, trop de coureurs trébuchent sur toute sorte d’obstacles dans les premières centaines de mètres. Voilà des pistes.

8 09 2010
runningtkh

Merci pour ces pistes, Philippe ! Effectivement il va falloir gérer l’ « avant » autant que la course elle-même : se réchauffer, s’échauffer (un échauffement collectif est organisé), ne pas se refroidir… Il y a un vestiaire prévu au « village » où je pourrai laisser mes affaires, mais le plan précise « Comptez 30 minutes entre le village et la ligne de départ » ! Je vais donc prendre une petite laine que je pourrai au pire abandonner sur place…
Pour les glissades, je m’en fais beaucoup, mais je me suis bien entraînée cet été sur les petits chemins des falaises à Guernesay, notamment sous la pluie, donc ça devrait aller !

8 09 2010
Lexel

Bien sympa ton récit de course🙂 J’adore tes expressions

Pour ce qui en est des petits conseils pour le 6km,
soigne particulièrement l’échauffement (tu peut gagner de précieuses minutes), 6km ca part vite, très vite si il y a beaucoup de monde tu va te faire entrainer par la rythme des autres coureurs (fait y attention quand mm).
Pour les chaussures, route définitivement route, même si il pleut.
Enfin la tenue comme te le conseil Philippe c’est la température qui te la dictera, mais bon en cette saison sur une course rapide, tu peut partir super light (pour le froid prévoit le sac poubelle, ou le vieux t-shirt (ou la petite aine ^^) à jeter au moment du départ).
Bonne chance

8 09 2010
runningtkh

Merci Lexel ! C’est bon de se sentir soutenue par un traileur aguerri de la TTT😉
Alors OK, comme pour la Vanvéenne, pas trop vite au début, à fond à la fin !
Merci pour le conseil sur les chaussures, j’allais sans doute faire une bêtise en me croyant sur les falaises de Guernesay…
Et pour le sac poubelle… je peux faire fi de l’élégance pour rester bien au chaud… photos à suivre !

9 09 2010
doune

Sympa le petit récit…

Je te conseille comme Lexel le sac plastique au départ, avec un bon échauffement… Même si tu comptes partir tranquillou, devant ca va partir vite et tu risques de te faire embarquer par le faux-rythme.

Penses aussi à l’après-course, tu vas vite refroidir… Essaie donc d’avoir de quoi te couvrir directement à l’arrivée (généralement, on dit merci la famille ou les supporters personnels), ca t’évitera d’attraper froid. D’ailleurs, le sac plastique suffirait bien encore à ce niveau là.

Pendant la course, j’ai un petit coupe-vent acheté à 1,5 euros chez Lidl, il est tout léger, à peine plus gros qu’une pomme quand il est dans sa housse et donc parfait pour ce genre de condition.

Au plaisir de lire ton récit de la course.

9 09 2010
runningtkh

Merci Doune, je vais effectivement tenter de trouver ce genre de k-way (peut-être pas d’ici dimanche, mais pour les prochaines courses), pas cher, léger, facilement transportable. Quant à l’après-course… si je retrouve ma soeur et Monsieur M. dans la foule, ça devrait aller ! ^^
Au plaisir de lire également tes aventures !

9 09 2010
ReneS

Le meilleur conseil que j’ai lu pour courir dans la pluie est porter un casquette. Comme ca tu sens la pluie moins. Le mieux est un casquette de sport (Nike) qui seche tres vite et garde pas ton transpiration.

9 09 2010
runningtkh

Oui, la casquette, c’est une excellente idée !! J’en ai une Nike rose fluo tout à fait discrète ^^
Une collègue avec qui je cours va peut-être également tenter de filmer la course avec des lunettes-caméra… j’espère la convaincre, ce serait tellement drôle !

9 09 2010
nicolas

Ah ouais on te vois vachement bien sur la photo !!😉

Sinon t’as ça :


😀

9 09 2010
runningtkh

Hihi ! C’est ce qu’on appelle une photo « Où est Charlie ? »
Pas mal le chapeau, j’y penserai pour un futur marathon du Médoc😉

9 09 2010
Algedi

Coucou !
C’est le beau-frère de Monsieur M. ! (alias tonton john pour les intimes😉 )
Vraiment sympa ton récit, et chapeau pour ta motivation.
Je te souhaite bon courage et surtout beaucoup de plaisir.
Je te conseillerai comme Philippe de pas trop te couvrir : quand on court longtemps, une veste devient vite une gêne, surtout avec la pluie.
Bien t’échauffer avant pour pas avoir froid, et vite récupérer une veste après la course.
Bonne course ! Biz à vous 2

9 09 2010
runningtkh

Salut Algedi ! Merci pour les encouragements et les conseils, j’ai effectivement couru en short et t-shirt ce soir et c’était bien agréable de ne pas avoir trop chaud.
On se voit dimanche soir après la course, d’ici là bonne fin de semaine à toute la petite famille !
(Et c’est cool, je vais pouvoir découvrir ton blog…) Bises !

10 09 2010
Rasmette

Ecoute mes conseils de « fille-qui-connait-bien-la-fin-de-peloton » :
Chaussures: pas de doute, je rejoins Lexel, prends celles de route
Pour être au chaud : le sac poubelle, y’a pas mieux. La chaleur corporelle de 22000 autres nanas, c’est pas mal aussi : il suffit de se glisser doucement et sans en avoir l’air vers l’intérieur du peloton et plus de petits courants d’air frais…
A 22000 coureuses, le départ sera forcément lent (sauf si tu veux te placer sur la ligne de départ). Pas de crainte à avoir de partir trop vite. Et comme la distance est courte, cela risque d’être lent tout le temps…
Pour éviter la chute ou la glissage, il suffit juste ensuite de regarder où l’on met le pied (pour ça, ne suis pas mon exemple, il n’est pas bon…)
Have fun!!

10 09 2010
runningtkh

Merci Rasmette ! La technique du faufilage dans le peloton m’a l’air tout à fait intéressante, je la testerai. Après j’espère que ce ne sera pas lent tout le temps, j’ai quand même envie de courir😉
J’espère que ton genou va mieux, et que tu va pouvoir repartir de plus belle.
A+ !

10 09 2010
Greg

Bon, j’arrive un peu tard, donc pour résumer, il te faudra donc:
– une casquette
– un sac poubelle pour le départ
– une tenue light
– des running route
– un bon échauffement avant de partir
– heu, j’ai oublié quelque chose?

Je te souhaite une bonne course; je suis impatient de lire le récit de ton aventure!

10 09 2010
runningtkh

Merci Greg pour la check-list ! Il ne manque plus qu’un bon p’tit dej’ 2 heures avant le départ et une bonne nuit de sommeil… Merci pour les encouragements, je les emporte avec moi pour la course !

11 09 2010
vinvin20

Je ne rajouterai rien de plus pour les conseils vestimentaires…Tout a été dit!
Je te souhaite simplement de « te faire plaisir », à ton rythme…Il y a quelques années j’avais fait mon premier 10 km en plus d’ 1h15, j’étais arrivé dans les derniers, mais fier et heureux d’avoir fini! Par contre, il ne restait plus rien en ravito à l’arrivée…

Bonne course, et sache qu’on peut prendre aussi du plaisir, même avec la pluie !!!
http://vinvin20.wordpress.com/2010/05/11/orage-tropical/

11 09 2010
runningtkh

Ahah! Eh bien justement, le thème de La Parisienne cette année est le Brésil, on va courir au rythme des batucadas ! Marrant que tu me renvoies sur ce billet ^^

11 09 2010
vinvin20

Je ne savais pas qu’il y avait un thème !

Le Brésil ça va être top !
Amuses toi bien!😉

13 09 2010
ReneS

Et alors? C’est bien passé? Il pleuvait?

Sur le site j’ai vu qu’il y a un bonne programme a coté. T’as fait des workshops ou appris des autres bon choses?

13 09 2010
runningtkh

Le récit de la Parisienne est en ligne… Oui, il a plu, mais rien de dramatique. Mis à part les collations dans la tente de mon entreprise, je n’ai pas participé à grand chose autour: trop de monde pour moi! Par contre j’ai fait un workshop bière-récup après la course ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :