Trail des monts et merveilles : podium à l’envers !

6 02 2011

Cela faisait plus de douze années que je n’étais  pas retournée au village. Non pas celui qui m’a vu naître, mais celui dans lequel j’ai vécu mon enfance et une partie de mon adolescence, de 6 à 16 ans. J’y ai appris à lire, à faire du vélo et de la mobylette, j’y ai vécu des amours et des amitiés et des drames, passé des heures dans les bois, l’église et les champs : Compreignac.

Seb dit « Marko », coureur limougeaud rencontré sur Facebook (le même qui a écrit ici le récit de sa Saintélyon), m’avait parlé de cette course : le Trail des Monts et Merveilles, une première édition conduite par un passionné de ces bois de Maudan et de La Vauzelle. Je ne pouvais pas manquer ce rendez-vous et conviais Noostromo et Aurélie « de Limoges » à vivre cette expérience avec moi.

Le réveil dominical ne fut pas évident, après une soirée passée au Petit Coudier (un café-concert mythique des Monts d’Ambazac où les étoiles furent scintillantes et les musiciens de French Swing Kiss fantastiques). Mais j’étais heureuse de partir courir à travers mes racines. Arrivés à 8h45, nous nous garons près du nouveau lotissement et abordons le village à pied, en passant près du cimetière. Je reconnais la maison d’Aurélia, celle d’Anne-Sophie, la mairie-école où j’ai vécu, le monument aux morts, l’église. Le village est transfiguré avec ses brumes matinales et les dizaines de coureurs en tenue qui s’échauffent dans les ruelles. Devant la salle des fêtes une longue file d’attente est formée : ici, on s’inscrit plutôt le jour même que par correspondance, et les organisateurs devront reporter le départ d’un quart d’heure tant l’affluence est grande. Le temps d’un bon café chaud et nous arrivons au retrait des dossards du parcours de 9,5 kilomètres, fin prêts. Ou presque : « Ah bon, vous ne donnez pas d’épingles à nourrices ? » Je le sais bien pourtant que ce n’est pas la règle dans les petites courses, moi qui les collectionne dans mon sac de sport. Mais je n’y ai pas pensé ce matin… On parvient à s’en dégoter deux chacun, et on met le dossard bien en évidence car il n’y a pas de système de puce pour compter les chronos. A la place d’un sac de goodies, les coureurs reçoivent une bonne bouteille de bière artisanale locale : ça c’est une organisation qui sait recevoir ! :-)

On se dirige vers la ligne de départ, devant l’église, et c’est peu dire qu’on manque d’échauffement : on aurait dû trottiner davantage. La brume ne se lève pas, et restera présente tout au long de la course, transformant les paysages en décors de légendes telles que les racontait Madame Gabouty, l’historienne du village, avec ses feux follets, ses grottes secrètes, ses pierres guérisseuses et ses esprits farceurs. Bruno est venu encourager Aurélie. Blessé, il ne participera pas au trail, mais il fera quelques foulées (en jean !) sur la fin du parcours avec nous. Sébastien est également bien là, au départ des 24 kilomètres.

Où est Marko ?

Au départ les coureurs se lancent dans la descente comme s’il s’agissait d’un 10 kil’ roulant ; nous essayons de nous retenir mais ce sera trop rapide pour Aurélie qui aura tout de suite le galopant au taquet. On s’enfile assez vite dans un sentier, mais je ne regretterai pas d’avoir choisi mes New Balance 1064 pour l’occasion, car nous croiserons peu de grosse boue et que les passages sur route m’auraient vraiment cassé les pattes dans mes chaussures de trail (elles ne perdent rien pour attendre, les Columbia Ravenous version 2011 connaîtront leur baptême de glace le week-end prochain, au cours du Snow Trail de l’Ubaye !)

Tous derrière et elles devant... mais pour combien de temps encore?

A partir du deuxième kilomètre, ça grimpe, et pour longtemps. On marche pas mal et cela me rappelle ces dimanche de mon enfance avec le club de rando, où je pestais comme une sacrée diablesse contre le sort qui m’obligeait à parcourir ces sentiers au grand air, alors qu’il y avait le feuilleton « Gym » à la télé et que j’aurais préféré savoir si l’héroïne allait remporter la victoire devant ses fourbes adversaires. Mais là je ne peste plus, je suis tellement heureuse entre mon amie et mon amoureux, dans les feuilles mortes, les bogues de châtaigniers, sur ma terre Limousine. Je remercie mes parents de m’avoir forcé à marcher les dimanches, de m’avoir appris à aimer les chemins creux et la mousse des sous-bois !

Après le premier ravitaillement du quatrième kilomètre, nous amorçons une descente qui sera de courte durée. On y croise des chevaux bien sympas qui prennent la pause devant l’iPhone de Noostromo. On aura effectivement l’occasion de faire de belles images de cette forêt brumeuse, et les organisateurs facétieux ont même pris le soin, en plus des balises, d’installer des pancartes « Paysages ! » assorties de flèches qui pointent… vers le brouillard ;-) Nous sommes déjà bons derniers, suivis par les baliseurs-balais avec qui nous échangeons quelques blagues.

Déictique dans les arbres

« Normalement ça devrait tout le temps redescendre », dis-je pour rassurer ma coupine pour qui les montées et les sentiers chaotiques sont un vrai chemin de croix. Que nenni, ça grimpe encore. Heureusement, un deuxième ravito nous attend, avec des carrés de chocolat noir très bienvenus (2 ravitos sur un 9,5 km, on ne va pas tomber dans les vappes !) On passe pour la deuxième fois à gué sur un petit bout de rivière, qu’on s’amuse à franchir à petits bonds sur les pierres.

Et hop !

Et voilà !

Le chemin devient plus large, c’est « le chemin de princesse » pour Aurélie, qui peut enfin prendre ses aises.

Le chemin des princesses

Nous amorçons la descente finale vers le village, et devant le cimetière je croise Zohra, notre ancienne voisine du village, qui gardait ma petite sœur (« Missy », pour ceux qui suivent ^^), qui connaissait tous les coins à champignons, qui savait faire du henné avec des feuilles de noyer et qui partageait le potager avec ma mère. Je m’exclame, je la salue, on s’embrasse, « Et ta maman, ça va ? Et ta soeur, ça va ? Oh, j’ai toujours une photo de vous dans mon salon ! » Elle a les larmes aux yeux quand nous prenons une nouvelle photo grâce à l’iPhone de Noos’ (merci Nicolas pour toutes ces belles images, c’est rare d’en avoir autant sur une course !) Les baliseurs-balais attendent sagement que toutes ces effusions s’achèvent, je salue Zohra et nous finissons la course… derniers !

Pour la petite histoire, ayant vu sur le site Internet de la course qu’il n’y avait que 12 seniors femmes inscrites sur le 9,5 kilomètres, je m’étais dit qu’un podium était possible… Mais je préfère courir avec mes amis que de les laisser sur le coin de la route pour faire ma petite perf’ à la noix. Ce sera donc un podium inversé en 1 heure 20, mais du « bon temps roulé », comme on dit en Louisiane !

A l’arrivée c’est le festin (Eh bé oui ! On est en Limousin quand même !) avec une soupe aux légumes faite maison (et les participants des 24 kilomètres auront même droit à un sandwich au fromage, les veinards !) Je retrouve Cathy, la mère d’une amie d’enfance, montée sur la place tout spécialement pour me voir. On finit en beauté « Chez Gabeau » (oui, le propriétaire a changé mais pour moi le café au coin de l’église sera toujours « Chez Gabeau », là où j’achetais mon Mickey Magasine et mes Frizzy Pazzy) avec une petite bière.

De grands mercis aux organisateurs et bénévoles de cette course, superbe, très bien encadrée et très bien balisée. Leur enthousiasme est beau à voir et cela m’a donné une idée à long terme : pourquoi ne pas organiser une course « Runnosphère » un jour, dans un coin qui nous est cher et que nous aimerions faire découvrir ? Certes, cela doit représenter un investissement énorme, sans doute un an de travail, mais quel aboutissement !

PS : Pourquoi tu cours ? Pour retourner à la terre d’enfance.
PS 2 : On va ajouter quelques photos prises  par Bruno, elles sont magnifiques !

Les autres comptes rendus de course de la Runnosphère ce week-end :

- Noostromo (trail des Monts et Merveilles)

Runnosphère (Raidnight 41)

- Virginie (Raidnight 41)

- Runmygeek (Raidnight 41)

Doune (foulées de Vincennes)

Salvio (foulées de Malakoff)

- Laquathus (foulées de Vincennes)


Actions

Information

30 responses

7 02 2011
doune

sympa ce petit trail « home-made » !
L’accueil avait l’air chaleureux…
Concernant la course « runnosphère », tu veux faire ça où ? :D

8 02 2011
runningtkh

Oui, l’accueil était super !
Pour la course Runnosphère, c’est juste une idée qui m’est venue comme ça, il faudrait qu’on en discute mais c’est un long-term-project !

7 02 2011
Trail des Monts et Merveilles | Noostromo's Blog

[…] Clara (trail des Monts et Merveilles) […]

7 02 2011
trainingforboston

Super compte rendu. Vous prenez la pose pour la photo, c’est bien.

8 02 2011
runningtkh

Ahah, et encore, je n’ai pas mis toutes les photos ! On s’est bien amusés.

7 02 2011
runmygeek

2 ravitaillement sur 9km, c’était une sortie dégustation en fait ^^
Très sympa comme toujours tes CR.
Why not pour la course runnosphère, mais ça demande beaucoup d’organisation, mon père va surement organiser un trail en Normandie sur 2012, c’est la que j’ai passé mon enfance, ça sera peut être l’occasion.

8 02 2011
runningtkh

Oui, pourquoi pas ? Il faudrait qu’on cause de tout ça lors d’une prochaine pasta party.

7 02 2011
MARKO

Si vous avez fait un podium inversé sur le terrain, vous faites toujours les premières place de meilleurs récits ! Sympa et merci pour cette rencontre furtive d’avant course.
La bière ambrée, on l’a bu sans vous, pourtant j’ai tout fait pour arriver le plus rapidement possible !

8 02 2011
runningtkh

On a dû se manquer de peu à l’arrivée ! Une prochaine fois on se fait une sortie collective :)

7 02 2011
Michael

Et voila prête pour le Snow Trail Ubaye !!!

8 02 2011
runningtkh

Yes, si le rhume me laisse tranquille, je serai fraîche ! Hâte d’être à ce week-end !

7 02 2011
Valérie

Super, ton compte-rendu, j’adore ! Tu as bien fait de privilégier le plaisir au chrono, surtout si c’était « chez toi » (on se sent toujours chez soi quand on retourne dans les endroits où on a vécu, surtout lorsqu’il s’agit de son enfance). Tes souvenirs en seront d’autant plus précieux. Un vrai régal de te lire :-)

8 02 2011
runningtkh

Le nouveaux souvenirs de ce dimanche se mêlent maintenant aux anciens ! Merci à toi :)

7 02 2011
Miss C.

Cette dernière place est en fait la plus belle, puisqu’elle se transforme en No1 dans le podium du coeur et de l’amitié ;-)
Avec 2 ravitaillements et en marchant, c’était presque de mon niveau, fichtre !
Hâte de t’entendre faire un récit oral !

8 02 2011
runningtkh

Oui, tu aurais pû le faire avec nous, celui-là ! Une prochaine fois :)

7 02 2011
Maya972

Tu as bien fait de privilégier le coté « humain ». Tu t’es fait plaisir en revenant sur ces lieux qui compte tant pour toi. Et ces personnes rencontrées et qui sont venues te voir, ont du faire chaud au coeur. Une sortie (car ce n’est plus une course) comme on les aime.
De nouveaux beaux souvenirs, et de nouvelles photos souvenir, qui trôneront chez toi !
Notre passé nous façonne, et ce sont nos souvenirs qui nous aident à avancer.

8 02 2011
runningtkh

Oui, c’est sûr que c’était une sacrée expérience ! Il faut d’ailleurs que j’imprime quelques unes des photos, pour les mettre sur le buffet du salon (heu… j’ai pas du buffet… et j’ai pas de salon non plus ^^)

7 02 2011
Greg

Bravo pour la performance de la convivialité et de l’amusement sportif. Vous accédez à la plus haute marche du podium!!

8 02 2011
runningtkh

Merci Greg !

7 02 2011
runonline

je vois que la p’tite dame prend goût au courses nature…attention à ne pas te blesser samedi, la neige est parfois dure pour les tendons et articulations. Prudence mais je suis certain que tu auras de bons conseillers autour de toi :-)

8 02 2011
runningtkh

Oui, c’était certain que c’est ce que je préfère !
Pour le snow trail (c’est dimanche pour le 9km), pour sûr je serai bien entourée !

7 02 2011
vinvin20

On ressent tout le plaisir que tu as eu de venir faire ce trail!!
Bravo, et belle état d’esprit d’équipe!
Malgré vos différents niveaux, vous avez fait cette course cote à cote, rien que pour ça vous avez droit a la plus haute marche du podium.

8 02 2011
runningtkh

Merci Vinvin20 ! Mais, mais… on est vers ton coin vendredi et samedi, il faut qu’on se capte ! (On va chez Michaël avant le snow trail)

8 02 2011
Buzzy le colibri

Excellent… Ça donne envie ces décors , ce récit , ces photos …. Moi je ferai bien un petit podium avec vous ! Bravo en tout cas pour le récit, la perf (terminer en soit est une perf non?) et le partage!

9 02 2011
Runnosphere.org - Pasta Running Party #7

[…] la Runnosphère, on se retrouve le week-end pour courir sur son lieu d’enfance ou retrouver des coureurs égarés en pleine nuit. On se défoule dans le 8ème ou on passe sa […]

9 02 2011
voyage aventure

Très très sympa, bonne continuation à votre blog et bonne randonnée !

9 02 2011
MIMI

Sortie et descriptions très sympas et naturelles. J’ai revu un peu les lieux et les personnes comme cette chère ZOHRA. Je suis content qu’elle soit encore là.
Bien la photo du trio !
Et puis quelle santé: la veille au « PETIT COUDIER » et course le lendemain !
Comme je disais chez « NOSTROOMO »: chacun(e) s’est pris sa petite dose radioactive pendant la course sans le savoir….c’est à refaire de nuit sur les anciennes mines d’uranium…comme cela vous serez plus LUMINEUX !
Bisous à toutes et tous, vous êtes courageux, volontaires et tout se réalise dans une bonne ambiance en général. C’est super !
Plus jeune et près de vous je serais avec vous…mais j’ai la Haute-Savoie pour le ski télémark, les randos tout là-haut, le cyclisme, la natation, la voile, la natation, etc…j’en profite tant que mon corps me le permet.

9 02 2011
runningtkh

Hé oui, ça a dû te rappeler tout un tas de souvenirs, à toi aussi… mais n’ait pas de regrets, tu as œuvré pour le bien de l’humanité en militant !

10 02 2011
Aurélie "DeLimoges" !!! ;-)

Merci ! Merci ! Merci !

Merci à vous deux, mes chers coéquipiers, de m’avoir accompagnée lors de cette épreuve difficile… (Bon d’accord je n’y ai pas mis que de la bonne volonté, mais vous croyez sincèrement que le type qui a couru le 24 kil en 1h30 a pu se laisser submerger par la beauté environnante et cette atmosphère si particulière…???)

Bon ben voilà quoi…!!! Moi j’dis : La course c’est comme la moto, même si on en a pas forcément envie, ya des fois où la limitation de vitesse devrait être obligatoire !! ;-)

Bizz !!!

11 02 2011
runningtkh

Ahah, oui, c’est comme la moto, mais si on pose un genou
c’est qu’il y a un problème ! ^^ Bisous à toi, coéquipière !
(Sérieux, quand je regarde la photo où on est en tête du groupe, je
me bidonne !!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 47 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :